Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 04:06

les dernières nouvelles ici

 

Et surtout ne lachons rien !!

Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 03:28

L'Amérique du Sud sauve l'honneur de l'ONU...

mais on n'en sait rien. De la dernière assemblée générale de l'ONU, nous avons surtout entendu François Hollande dénoncer la barbarie terroriste qui défie la communauté internationale, ou Barack Obama fustiger « l'agression russe » en Ukraine. En résumé : Des méchants attaquent les gentils occidentaux, vite, vite des armes !!

Mais nous n'avons pas eu le droit d'entendre le courageux discours de la présidente argentine sur la voracité des fonds vautours quoi prennent son pays à la gorge avec la complicité du système judiciaire états-unien. Pas grand écho non plus des réflexions du président bolivien Evo Morales au sujet du « capitalisme inhumain et prédateur qui transforme la vie humaine et la terre nourricière en marchandise ». Des analyses pourtant bien plus utiles et plus intelligentes du mal qui ronge notre époque. « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage » disait Jaurès. C'était déjà vrai à l'époque, ça l'est encore beaucoup plus actuellement avec la ruée sur les dernières ressources de la planète. Y aurait-il du pétrole en Irak ?

 

Il aime les entreprises, er mag Unternehmer, he likes finance…pas la peine de continuer, Mister Valls, on a compris !

Après avoir affirmé son amour au MEDEF fin août, puis déclaré sa flamme aux entrepreneurs allemands mi-septembre, c'est à la City de Londres que Manuel Valls est allé prêter allégeance le 6 octobre dernier. Hollande leur avait déjà dit qu'il n'y avait rien à craindre, mais Valls a voulu s'assurer qu'ils avaient bien compris : « Non, mais socialiste, c'est juste un titre, mais en fait on est de droite, on ne fait même plus semblant, et ces idiots en France, ils continuent à nous croire de gauche, marrant, non ? » Et effectivement, le message est bien passé. Résumé par un financier anglais enthousiasmé par le discours de notre premier ministre « Manuel Valls est socialiste, mais il donne l'impression de n'avoir aucune idée de gauche ». Ce n'est pas qu'une impression...Marvelous !

 

 

 

 

A quand des cours de droit du travail à l'école

C'est difficile de trouver un emploi. On trouve des petits contrats, des CDD qui se succèdent, mal payés. Avec des heures supplémentaires mal ou souvent pas payées du tout, etc. Et on n'ose rien dire, bien content d'avoir quand même un travail. Mais aussi, on ne connaît pas ses droits. Je parle évidemment surtout des jeunes, mais pas seulement. Qui connaît effectivement les textes en vigueur ? Les syndicats ! Mais il n'y en a pas partout ou on n'ose pas aller les voir, ou on ne sait même pas que cela existe.

Mais pourquoi n'y a-t-il pas d'enseignement du droit du travail au collège et au lycée, avant que les jeunes partent chercher un emploi. Cela paraît la moindre des choses, non ? Certains passent leur temps à expliquer que l'école doit préparer à l'entreprise … Eh bien chiche ! Des cours de droit du travail, et puis tant qu'on y est des cours de droit tout court,( il paraît que nul n'est censé ignorer la loi, alors qu'on ne l'apprend nulle part, c'est ballot), et puis des cours d'histoire sociale, et puis,… Stop, on se calme, en fait nous avions mal compris, l'école doit fournir des employés et ouvriers dociles et jetables pour les entreprises. On a le droit de rêver quand même.

 

La suite de la crise pour certains ... pas de crise de la suite pour d'autres

20 000€, et même 27 000 € la nuit dans une suite du nouveau palace parisien le Peninsula. Et les réservations vont bon train. Il va falloir être patient et attendre votre tour si vous voulez y dormir.

 

A la semaine prochaine

Colombe

Colombe88@laposte.net

 

 

                                          

 

 

 

Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 04:16

Faut-il sauver le trader Kerviel ?

La finance est le cancer de notre société. La spéculation est notre ennemie, c'est un fait. Les traders ne sont pas des personnages très recommandables, c'est évident. Alors pourquoi Jean Luc Mélenchon s'est-il mis à soutenir Jérôme Kerviel ? Kerviel, pour presque tout le monde est un méchant qui doit payer. Certains pensent avec raison qu'il n'est qu'un exécutant parmi tant d'autres et que sa condamnation ne va pas changer grand-chose, que c'est tout le système qui devrait être jugé. Certains sont même conscients qu'il est sans doute un bouc-émissaire dans cette affaire. Mais de là à aller soutenir un trader, non. La première chose qui nous vient à l'esprit est qu'il y a d'autres combats plus importants à mener. Et puis, il faut l'avouer, nous tenons à cette punition qui représente pour nous la punition de la finance. Alors, Mélenchon est-il donc devenu fou ? Est-il passé du mauvais coté de la force ? Là encore, rien n'est aussi simple que ce que l'on croit, et la punition du trader est loin d’être la punition de la finance, et c'est peut-être même le contraire.Il faut y regarder d'un peu plus près.

Jérome Kerviel est un petit trader employé par la Société Générale. Comme tous les employés, il a des objectifs à remplir et des supérieurs hiérarchiques qui contrôlent son travail. Pour sa première année en 2005, il fait gagner 5 millions d'euros à la banque, ce qui est un bon résultat puisqu'en moyenne les traders font gagner 3 millions d'euros à leurs employeurs. Pour cela, il touchera une prime de 30 000 euros bruts, ce qui est loin des salaires ou dividendes mirobolants des grands dirigeants. Non, Kerviel est un petit gars issu du peuple, il ne joue pas dans la même cour.

Pour 2006, sa direction lui fixe l'objectif d'un gain de 5 millions d'euros. Il réussit à en gagner le double. Sa prime sera de 60 000 euros bruts. Kerviel est pris au jeu, on lui en demande toujours plus, c'est un encouragement à jouer de plus en plus gros. Et là attention, je ne cautionne pas ses agissements. Il est coupable, comme tous les traders, de participer à une entreprise criminelle à bien des égards, même si ce n'est pas lui qui en profite le plus.

Pour 2007, on lui fixe un objectif de gain de 10 millions d'euros. Il fera gagner, tenez-vous bien, 1,5 milliards d'euros à la banque, jouant avec des sommes pouvant atteindre 50 milliards d'euros. La banque était pertinemment au courant depuis longtemps que de tels gains ne pouvaient pas s'obtenir sans infractions au règlement, mais elle laissait faire. Pourtant en janvier 2008, elle décide de stopper Kerviel. Elle dénonce ses investissements risqués et revend immédiatement tous les titres en cours, causant une perte de 6,4 milliards d'euros. En retranchant les 1,5 milliards qu'il venait de faire gagner, on impute donc à Kerviel une perte de 4,9 milliards d'euros.

Pourquoi ce soudain revirement ? Début 2008, c'est le début de la crise des subprimes. La banque a joué avec ces actifs toxiques et y a perdu 2 milliards d'euros. Difficile à justifier, et les clients risquent de perdre confiance. La banque ne peut pas se le permettre. Alors la culpabilité d'un homme peut faire diversion. La banque annonce la perte due aux subprimes le même jour que la perte imputée à Kerviel. La coïncidence est quand même troublante. Et il manque encore un élément très important pour comprendre le rôle qu'a joué la banque : il existe un mécanisme en France qui veut que l'état indemnise une banque à hauteur du tiers d'une perte due à une fraude dont elle est victime. Ici, avec une perte d'environ 5 milliards d'euros, la banque a pu demander 1,7 milliards d'euros à l'état. Ce que le ministère de l'économie et des finances dirigé par Christine Lagarde s'est empressé de verser très rapidement. La banque n'aurait pas pu prétendre à une indemnisation pour les subprimes car il n'y avait pas fraude. Il lui fallait un fraudeur, et Jérôme Kerviel avait le profil du coupable tout trouvé.

Il a donc été jugé, et comdamné, outre la prison, à rembourser 4,9 milliards d'euros à la Société Générale. Au final, la banque a épongé une grande partie de sa perte de 2 milliards avec le don de l'état de 1,7 milliards. Elle a sauvé sa réputation, tout le discrédit étant tombé sur Kerviel. Et comme Kerviel doit rembourser (théoriquement, car tout le monde sait que cela lui sera impossible), la banque peut écrire ces 4,9 milliards d'euros comme recette à venir. Le tour est joué.

 

Jean Luc Mélenchon demande donc que toute la lumière soit faite sur cette affaire qui a coûté 1,7 milliards d'euros aux contribuables. Pourquoi l'état a-t-il payé aussi vite alors que la banque n'avait pas fait la preuve de son innocence dans cette fraude ? Comme pour l'affaire Tapie, Christine Lagarde était décidément très disposée à distribuer généreusement l'argent public.

Pourquoi la banque a-t-elle liquidé aussi vite les actions achetées par Kerviel, au cours le plus bas, alors qu'elle aurait sans doute pu avoir moins de perte en attendant un peu ? Qui a profité de cette vente ?

Aucune de ces questions n'a été évoquée au procès.

Alors Kerviel n'est pas un saint, je le répète. Mais ici, il semble la victime d'une opération qui le dépasse, une injustice probable qui doit être dénoncée, et toute la lumière doit être faite dans ce dossier où de l'argent public a été extorqué. Mélenchon a fait preuve ici d'un courage particulier car il était évident que ses adversaires auraient beau jeu de l'accuser d'incohérence et de réduire son discours au seul soutien d'un trader, sans expliquer le fond du problème. Et c'est ce qui est arrivé. Une preuve peut-être qu'il fait passer la justice avant son plan de visibilité médiatique. Tant mieux.

 

A la semaine prochaine

Colombe

Colombe88@laposte.net

Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 18:51

p { margin-bottom: 0.21cm; direction: ltr; color: rgb(0, 0, 0); widows: 2; orphans: 2; }p.western { font-family: "Calibri",serif; font-size: 11pt; }p.cjk { font-family: "Dingbats"; font-size: 11pt; }p.ctl { font-family: "Calibri",serif; font-size: 12pt; }a:link { } Une république à bout de souffle

La Vème république a déjà 56 ans. Au printemps 1958, la majorité de l'appareil politique et parlementaire reconnaissant son impuissance et poussé par l'opinion publique fit appel au général De Gaulle. En homme providentiel , il put imposer une constitution lui donnant des pouvoirs quasi-monarchiques. Dans son livre « le coup d'état permanent » en 1964, François Mitterrand analysait : « En remplaçant la représentation nationale par l'infaillibilité d'un chef, le général De Gaulle concentre sur lui l’intérêt, la curiosité, les passions de la nation et dépolitise le reste. » La critique est pertinente, mais l'on sait comme il a lui-même profité du trône républicain par la suite, montrant que lui non plus n'était pas infaillible puisqu'il n'a pas corrigé les travers qu'il avait dénonçés. Cette allégeance au chef a même été renforcée par le quinquennat présidentiel coïncidant avec le quinquennat législatif.

Nous nous sommes accommodés jusqu'à présent de cette fausse démocratie, mais aujourd'hui, elle nous paraît particulièrement odieuse.

Parce que le président continue méthodiquement à trahir toutes ses promesses électorales sans avoir de rendre de comptes à quiconque.

Parce que, par conséquent, seulement 12 % des français lui font encore confiance, et que malgré tout il peut rester au pouvoir, et continuer la même politique.

Parce que les scandales politico-financiers se multiplient, et que la constitution n'est visiblement pas assez efficace dans la lutte contre la corruption.

Parce que la classe politique est complice des puissances d'argent et ainsi prend de nombreuses décisions qui vont contre l’intérêt du peuple sans que celui-ci puisse se défendre.

Parce qu'à cause de tout cela, le peuple, se sentant impuissant, ne va plus voter.

Que reste-t-il de démocratique dans notre pays?

Il est nécessaire de réfléchir à une nouvelle constitution qui nous garantisse une démocratie réelle et vivante. Le programme du front de gauche, porté par Jean Luc Mélenchon dans la campagne présidentielle de 2012 prévoyait déjà d'inventer une VIème république. Il y était prévu de dissoudre l'assemblée et de la remplacer par une assemblée constituante, rassemblant toutes les forces de la nation. C'est au peuple de se réapproprier sa démocratie, et donc à lui d'écrire la constitution. Il a tout intérêt à se doter de nombreux garde-fous: la laisse entre élus et citoyens doit être très courte. Le mandat unique, non renouvelable et révocable paraît un bon moyen d'éviter la professionnalisation de la politique et la trahison des élus. Il faut que les institutions ne fassent jamais confiance en la bonne volonté des élus. Ils doivent être surveillés et contraints par la loi à respecter les mandats que les citoyens leur ont donnés. Montesquieu le disait mieux que moi « C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. »


Et toujours les autoroutes

Encore un rapport de la cour des comptes qui pointe le fait que les actionnaires des autoroutes privatisées en 2005 s'en mettent plein les poches et ne respectent pas les engagements pris en terme de service public…Continuons à privatiser pour mettre l'état et les citoyens sur la paille.

Ebola versus ALS

Un lecteur de l'écho des Vosges me fait parvenir quelques réflexions dont celles-ci : Quelle différence entre les moyens mis en œuvre pour lutter contre l'épidémie de Ebola en Afrique et la médiatisation de certaines autres maladies ! La dernière en date : la sclérose latérale amyotrophique pour laquelle on a lancé une sorte de chaîne nommée Ice Bucket, qui consiste à se renverser ou se faire renverser un seau d’eau glacée sur la tête, puis à inviter un ou plusieurs amis à reproduire ce geste. Si la personne nommée relève le défi, elle doit donner 10 dollars à l’œuvre caritative et si elle déclare forfait, elle se doit de verser 100 dollars. Outre la bêtise de l'idée, (il semble qu'il y ait déjà eu un ou deux morts par hydrocution), on ressent le même malaise que pour le téléthon ou les restos du cœur. On remplace la justice par la charité. Et les nombreuses vedettes qui se prêtent au jeu se font une belle publicité à bon compte ! En attendant, on en voit peu se peindre en vert pour Ebola. J'ai une idée, et si on les envoyait travailler dans un hôpital du Libéria ? Avec une combinaison de protection bien sur ( bien que ce ne soit pas le cas de tout le monde là-bas, loin de là … )


A la semaine prochaine

Colombe

Colombe88@laposte.net


Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 09:57
 
  Photo : Ceci est notre drapeau, celui de la France, patrie des droits de l'homme, terre d'accueil de liberté égalité fraternité Et ce n'est pas le symbole des extrémistes en tous genres alors empêchons les  de le faire croire. Aimons notre pays, dans la tolérance, soyons fière de notre exception culturelle, de notre protection sociale et bien d'autres bonnes idées que le monde devrait nous envier.Voilà, je voulez dire ça parce que je vois malheureusement venir les flammes de l'intolérance!
Ceci est notre drapeau, celui de la France, patrie des droits de l'homme, terre d'accueil de liberté égalité fraternité
Et ce n'est pas le symbole des extrémistes en tous genres alors empêchons les de le faire croire. Aimons notre pays, dans la tolérance, soyons fière de notre exception culturelle, de notre protection sociale et bien d'autres bonnes idées que le monde devrait nous envier.
Voilà, je voulez dire ça parce que je vois malheureusement venir les flammes de l'intolérance!
 
Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 09:27
Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 09:02
Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 08:49
Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 20:48

Voici un extrait d'@rret sur image qui reçoit Daniel Mermet, et il nous dit tout.

Pour la suite abonnez-vous ou faites vous parrainer par un @sinaute.

Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 09:01

Dénoncer les inégalités ? Pas suffisant

Le dernier livre de l'économiste français Thomas Piketty « Le capital au XXI ème siècle » connaît un très grand succès aux États Unis. L'ouvrage dénonce l'enrichissement croissant des très riches et l'appauvrissement du reste de la population, bref l'explosion des inégalités dans les pays occidentaux au cours des dernières décennies. Ce succès est bien sûr une bonne nouvelle puisqu'il tend à montrer que les américains ont conscience d'un problème qui mine leur société plus encore que la nôtre. Toutefois, si la dénonciation des inégalités est justifiée, l'analyse et les solutions proposées par Piketty sont insuffisantes.

 

Pour remédier au problème, il prône un impôt mondial sur le capital, c'est à dire une répartition un peu plus égalitaire des biens, mais sans changer intrinsèquement le système. Bref, il aspire à un « capitalisme à visage humain ». C'est la vision des partis socio-démocrates ou socio-libéraux qui ne remettent pas en cause le système, mais veulent juste que les puissants laissent un peu plus de miettes au bas peuple.

Un système qui génère de telles aberrations doit être remis en question dans ses principes mêmes. L'égalitarisme est insuffisant et n'est pas un but en soi. Un exemple : accorder à tous le droit et la possibilité d'avoir une voiture représente un progrès pour l'égalité, mais pas pour la société pour de multiples raisons (pollution, santé, lien social...).

 

Thomas Piketty, on le voit dans le titre de son essai, fait le parallèle avec la théorie marxiste du capital. Mais Marx ne réfléchissait pas en terme d'égalité. Il s'attaquait à la structure même de la société, de la façon dont le travail et le capital déterminent les rapports des hommes entre eux et on pourrait ajouter maintenant avec le recul avec leur environnement. Il dénonçait le fait que les détenteurs du capital imposent les paramètres, le rythme et la définition même du travail. Pour lui, même si les travailleurs étaient mieux rétribués et pouvaient consommer davantage, la situation resterait fondamentalement la même : ils resteraient dépendants de celui qui possède le capital. Tout au plus « l'ampleur et le poids de la chaîne d'or que le salarié s'est lui-même déjà forgée permettent qu'on la serre un peu moins fort ».

Marx expliquait que c'est le travail qui crée la richesse et Piketty a raison de s'attaquer à la mystification (bien ancrée dans les mentalités à force d'être répétée par les économistes) qui explique que ces très riches gagnent beaucoup car ils le méritent, pour leur travail, pour leur talent ou pour les responsabilités qu'ils ont. Il donne l'exemple de Liliane Bettencourt dont la fortune est passée de 3 à 22 milliards d'euros entre 1990 et 2010, alors que cette dame n'a jamais travaillé, n'a pas inventé quoi que ce soit et ne prend pas de risques. Bill Gates n'a pas beaucoup plus de mérite et son talent, même s'il était aussi grand qu'on le dit, ne justifierait pas un tel niveau de revenus. Un ouvrier qui fait les « trois huit » a lui aussi beaucoup de mérite à supporter les cadences, les changements de rythmes, etc... Et son mérite ne vaut apparemment que le SMIC. Une telle disproportion doit bien sûr être dénoncée. Mais le système qui la permet doit être changé.

 

Pour Marx, l'accumulation du capital produit nécessairement du chômage, qui permet aux classes dominantes d'exercer une pression plus forte sur les travailleurs Et le capitalisme porte en lui une contradiction : il a besoin de la force du travail mais cherche à s'en passer pour réduire les coûts et fait intervenir les machines pour les remplacer. Et l'on voit les limites de l'analyse qui au XIX ème siècle ne pouvait pas prendre la mesure des problèmes d'épuisement des ressources et de pollution que cette course à la productivité et au profit allait engendrer. Pour lui, le capitalisme génère une population ouvrière excédentaire relative, et plus le capital et la richesse s'accroissent, plus le sous emploi et le chômage progressent. La productivité capitaliste éclipse la consommation capitaliste, car les milliardaires ne dépensent qu'une infime partie des biens qu'ils accumulent.

On l'a vu, Piketty demande un impôt mondial sur le capital. Vision purement comptable et réductrice qui ne tient pas compte du capital social et des ressources culturelles dont bénéficient les classes dirigeantes, qui leur permettent, tout autant que leur compte en banque, de se maintenir au pouvoir.

Marx ne donne pas vraiment de solution. Il combat un égalitarisme forcené et mal pensé qui mènerait à une « médiocrité générale » et encourage les classes dominées à briser la chaîne d'or. A nous d'inventer un nouveau modèle où les pouvoirs économiques, politiques, culturels seraient partagés par tous.

 

Quelle radio écouter ?

 A l'écoute de la nouvelle grille de programmes de France Inter, on se sent vraiment bien tristes. Émissions racoleuses, jeux et suppression de l'émission de Daniel Mermet « Là bas si j'y suis ». La seule émission sur une grande chaîne de radio qui faisait entendre un autre son, en économie, culture, philosophie a disparu. Que nous reste-t-il ? France Culture se laisse écouter, mais ses informations sont elles aussi inféodées à la pensée dominante. On peut toujours aller écouter « Là bas si j'y suis » sur le site internet la-bas.org. Cela devient difficile de résister à la médiocrité générale.

A la semaine prochaine

Colombe

Colombe88@laposte.net

Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de front-de-gauche-remiremont
  • Le blog de front-de-gauche-remiremont
  • : Le front de gauche en action sur la circonscription de Remiremont
  • Contact

Recherche