Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 20:47

ANIL’ANI ou le dynamitage du code du travail par le MEDEF

Seuls trois syndicats (CFDT, CGC et CFTC) ont signé l’Accord National Interprofessionnel (ANI), aussi nommé très étrangement accord «sécurisation de l’emploi». Ces trois syndicats ne représentent au total que 38 % des salariés, mais François Hollande et le gouvernement s’en contentent et entendent transcrire fidèlement cet accord dans la loi qui sera soumise au parlement prochainement.

C’est donc à nos députés de réagir et de nous protéger contre cette régression sociale sans précédent.

 

Pour résumer la logique de cet accord, on peut dire qu’il vise à permettre les restructurations et les licenciements dans des délais brefs et à moindre coût.  

Quelques unes des mesures prévues parmi les plus importantes : 

 

1. Le chantage des accords de «maintien dans l’emploi» : En contrepartie de l’engagement de ne pas licencier, en cas de difficultés, l’employeur pourra imposer, des réductions de salaire (jusqu’au SMIC) et des augmentations du temps de travail (jusqu’à 46 ou 48 heures par semaine), et cela sur une période pouvant aller jusqu’à deux ans.

Oui, vous avez bien compris,il s’agit d’un véritable chantage à l’emploi, s’il veut garder son poste,  un salarié pourra se voir imposer pendant deux ans de travailler 46 à 48 heures par semaine en gagnant seulement le SMIC. 

S’il refuse, il pourra être licencié pour cause «réelle et sérieuse».

 

2. La mobilité imposée: Dans les entreprises de plus de 300 salariés, l’employeur pourra imposer la mobilité. Si le salarié refuse de déménager à l’autre bout du pays, il sera licenciable pour «motif personnel"

 

3. Les licenciements collectifs facilités : La procédure de licenciements collectifs pour motif économique sera enfermée dans des délais très raccourcis et «préfix", c’est à dire non révisables, y compris si les CE ou les IRP (Institutions représentatives du Personnel) n’ont pas eu les informations ou le temps nécessaires pour étudier le dossier. Les recours des salariés pour contrer les plans élaborés par la direction deviendront donc très difficiles, voire impossibles.

 

4. Les préjudices plus difficilement reconnus et réparés : Les procédures judiciaires en cas de préjudice du salarié sont gravement remises en cause, une façon très contestable de «régler" le problème de l’engorgement des conseils de prud’hommes et des tribunaux du travail : Au lieu de donner à ceux-ci les moyens de fonctionner correctement et dans des délais raisonnables, on donne le choix au salarié : 

Soit il accepte une indemnité forfaitaire limitée et ignorant la réalité de son préjudice, mais rapide. 

Soit il se plie aux délais procéduraux, au risque d’attendre des années une prise en compte de son dossier et une réparation intégrale de son préjudice.

Les contreparties à ces concessions des salariés ? Des engagements de la part des patrons de négocier, mais sans aucune obligation d’aboutir et sans véritable contrainte financière pour maintenir ou créer des emplois.

On se demande vraiment comment des syndicats ont pu signer ce texte !

 

chomageAlerte : la marée qui nous menace  : le Chômage !

L’explosion du chômage est désormais un fait incontestable. Le dernier baromètre de l’intérim, publié par Prisme (BAROMETRE PRISME Emploi_NATIONAL_JANVIER 2013), indique que de janvier 2012 à janvier 2013, les effectifs de l’intérim ont baissé de 16,2%, (26% en Lorraine) l’effondrement étant particulièrement significatif dans le Bâtiment et Travaux Publics (BTP) avec une baisse de 23% et dans l’industrie avec 19,1%. On constate d’ailleurs que cet effondrement et proportionnellement plus important chez les cadres (16,5%) et chez les ouvriers qualifiés (17,9%). La vielle rengaine selon laquelle le chômage toucherait essentiellement les ouvriers non-qualifiés, et traduirait ainsi un défaut de qualification lié au système d’enseignement et de formation est ainsi battue en brèche. Notons que la chute de l’intérim est plus rapide que celle des emplois stables. 

On constate la même chose dans le rapport entre les CDD et les CDI. Ceci éclaire d’un jour cru les projets du gouvernement et du MEDEF qui veulent « faciliter » les licenciements dans le but supposé d’accélérer les embauches : en réalité, dans une période de récession, le démantèlement des obstacles juridiques aux licenciements ne peut qu’accélérer la montée du chômage et ceci sans aucune contrepartie. Ceci est une condamnation sans appel de l’ANI (voir ci-dessus). Car la hausse générale du chômage se poursuit inexorablement. Les chiffres sur la France Métropolitaine l’indiquent clairement et montrent que cette hausse date de la fin de 2010 mais s’accélère depuis peu.

 

hugochavezHugo Chavez: Adieu à un homme courageux

Que de calomnies sur Hugo Chavez depuis des années.Il a pourtant rendu au peuple vénézuélien sa souveraineté et sa dignité, et les faits sont là pour prouver qu’il a été un grand président porté par une vraie légitimité démocratique.

 

Sur le plan économique, il a eu le courage d’affronter les puissances financières , banques et multinationales. Grâce entre autre à des nationalisations, il a rendu au pays la maîtrise de ses ressources, dont bien sûr le pétrole.

Cela lui a permis de faire baisser la pauvreté qui est passée sous ses mandats de 71 % à 27 % de la population.

 

En matière de démocratie, il a permis la participation populaire et citoyenne, à l’échelle locale, avec les conseils communaux, et à l’échelle nationale avec le contrôle populaire de l’action des élus.

 

Enfin, la plus belle réussite de Chavez est sans doute l’éducation. Avant son élection en 1996, l’éducation vénézuélienne était considérée par l’UNESCO comme «un désastre». La mise en place par Hugo Chavez de plans éducatifs accessibles à tous âges a permis au Vénézuela de lutter efficacement contre l’analphabétisme et même de devenir un exemple à suivre en matière d’éducation.

Les écoles sont en effet gratuites et les enfants y sont assurés d’avoir un repas par jour et un suivi médical.

Le nombre d’étudiants a triplé et tous les vénézuéliens peuvent accéder à l’éducation à tout moment de leur vie. Ils peuvent bénéficier pour cela d’un système ambitieux de bourses.

 

Même si les situations des pays ne sont pas les mêmes, il est incontestable qu’aucun de nos dirigeants européens ne soutient la comparaison. 

Si seulement le courage et l’amour du peuple d’Hugo Chavez devenaient pour eux une source d’inspiration  !

 

concordatLa République partout, pour tous : Non au concordat d’Alsace Moselle

Le conseil constitutionnel vient de valider le concordat d’Alsace Moselle, considérant que si les constituants de 1958 n’avaient rien trouvé à y redire, c’est que le concordat était bien compatible avec notre constitution. Une manière un peu facile de se défiler et de ne pas se prononcer sur le fond. Il fait dire qu’il leur aurait été difficile de nier l’évidence.

 

L’état paye les salaires des 1400 ministres du culte des trois départements concernés ( 58 millions d’euros quand même) , alors que la constitution affirme clairement le principe de laïcité.

Tous les contribuables participent donc au financement des religions en Alsace et Moselle. Les athées et les agnostiques payent autant que les autres pour un service qui profite seulement aux croyants. Cela va contre le principe constitutionnel de l’égalité de tous les citoyens devant la loi sans distinction de religion.

 

Cette entorse à la laïcité dans trois de nos départements est une verrue que tous les gouvernements successifs feignent d’ignorer. 

Il faut réagir !

 

Une adresse mail pour vos remarques toujours les bienvenues :    colombe88@laposte.net

 

A la semaine prochaine

Colombe

Partager cet article

Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de front-de-gauche-remiremont
  • Le blog de front-de-gauche-remiremont
  • : Le front de gauche en action sur la circonscription de Remiremont
  • Contact

Recherche