Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 17:34

Demain, c'est aujourd'hui

Le film « Demain » passe en ce moment dans les salles de cinéma. Il est parfois suivi d'un débat. Ce film documentaire rencontre un beau succès, et est même en passe de devenir un phénomène de société. Et c'est tant mieux, car le propos du film est justement de montrer qu'une autre société est possible, et que nous avons le pouvoir, là où nous sommes, de la réinventer.

Quelques constats sur l'état alarmant de la planète, mais surtout une multitude d'exemples de belles initiatives prises par des citoyens un peu partout dans le monde, qui, peuvent changer les choses localement.

La thème le plus important et donc le plus longuement traité est évidemment l'agriculture. Comment réussir le pari de nourrir une humanité toujours plus nombreuse sur des terres cultivables de plus en plus rares ? L'agroécologie, la permaculture, l'agroforesterie sont de loin plus productives que l'agriculture industrielle et ont l'immense avantage de ne pas nous empoisonner. Au passage, tant que nous sommes dans le sujet, essayez, si vous l'avez manqué, de voir l'émission « cash investigation » d'Elise Lucet sur les pesticides, vous serez édifiés, et pourrez même voir Jackie Pierre, notre sénateur vosgien, pas vraiment à l'aise avec l'enquête journalistique.

De Détroit à la Normandie, en passant pas le Royaume Uni, ils sont nombreux à avoir décidé de cultiver bio partout, y compris dans les plates-bandes des villes pour regagner une autonomie alimentaire.

Le film aborde également le thème de l'énergie. Comment remplacer les énergies fossiles par des énergies renouvelables ? On peut utiliser un fournisseur en électricité d'origine renouvelable, comme enercoop. En France nous sommes assez en retard en raison de la toute puissance du lobby nucléaire, mais l'exemple est donné du Danemark avec ses éoliennes, de l'Islande avec la géothermie. Et surtout, il est très justement rappelé que la première des choses à faire est d'économiser l'énergie. Nous devrions pouvoir éviter de consommer 75 % de l'énergie que nous utilisons actuellement. Pour les transports ? Il est possible (et bénéfique pour la santé, et bien plus agréable) de rouler à vélo pour une bonne partie de nos trajets. Pour les trajets plus longs, le train s'impose. Le film ne traite malheureusement pas du problème de l'avion, qui reste toujours un peu tabou.

Vient ensuite l'aspect économique. Revenir à des circuits courts a de multiples avantages : cela évite les transports coûteux et polluants, et cela relocalise la production, créant emplois et lien social.

Pour cela, il existe aussi une solution : la monnaie locale, qui n'est valable que sur une petite aire géographique ce qui oblige à consommer local. Là encore, des expériences existent qui donnent de très bons résultats.

Au niveau financier, la plupart des banques françaises ont des filiales dans les paradis fiscaux et spéculent, notamment sur l'alimentation, ce qui crée des famines. A nous de choisir une banque plus responsable. L'ONG « Les amis de la Terre » a effectué un classement concernant le climat, et le collectif « Sauvons les riches » a fait la même chose concernant la spéculation et les paradis fiscaux. Les résultats se recoupent. Par ordre décroissant d’éthique on trouve La Nef, Le Crédit Coopératif et la Banque Postale.

Enfin, pour réussir à changer les mentalités et ne plus fabriquer seulement des consommateurs passifs rois du « chacun pour soi », mais plutôt des gens capables de créer, de réparer, dans un esprit de solidarité, il va de soi qu'il va falloir changer notre système éducatif. L'habituel exemple de la Finlande, avec ses méthodes d'autonomie de l'enfant et de rejet de l'élitisme fait rêver bien sûr. Un chiffre est donné, qui est à la base de cette réussite : Deux enseignants pour quinze élèves. Eh oui, il faut faire des choix…

En résumé, le film nous dit qu'il ne tient qu'à nous de nous réapproprier notre alimentation, notre façon de consommer, de travailler, de vivre ensemble. Nous sommes la société, elle est à notre image. A nous de reprendre le pouvoir pour qu'elle soit vivable. Le propos est optimiste et il semble qu'il réussisse à mobiliser. Il est peut-être un petit peu simpliste, car si ce changement local est nécessaire et même vital, il ne suffira pas. Une organisation politique nationale et internationale est également nécessaire, et le film n'en dit rien. Réussir à se réapproprier les terres, par exemple, n'ira pas sans affrontement avec le grand capital… Mais peut-être faut-il ne pas dire de tels gros mots si l'on veut réussir à passer dans les media ?

Le film « demain » passe au cinéma de Vagney vendredi 19 février à 20h30. Il sera suivi d'un débat mené par l'AMAP « les choucas gourmands » de Thiéfosse et les colibris 88.

Colombe

Partager cet article

Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de front-de-gauche-remiremont
  • Le blog de front-de-gauche-remiremont
  • : Le front de gauche en action sur la circonscription de Remiremont
  • Contact

Recherche