Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 21:34

La grande braderie continue

L'état vient de céder une partie de ses actions dans l'aéroport de Toulouse. Emmanuel Macron prétend que celui-ci restera contrôlé à 50,1 % par des actionnaires publics. Mediapart a publié des preuves du contraire : les trois membres du directoire seront désignés par les investisseurs chinois, et l'État a signé une clause stupéfiante, s'engageant à soutenir par avance toutes leurs décisions.

Une privatisation de plus. Depuis 2013, les gouvernements de François Hollande ont vendu 9,5 % d'ADP (Aéroports de Paris), 8,3 % de Safran et 3,1 % de GDF Suez, pour un montant de 4,5 milliards d'euros.Et ce n'est pas fini, le gouvernement envisagerait de céder encore des parts d'ADP et de RTE (Réseau de Transport de l’Électricité) pour un montant entre 5 et 10 milliards d'euros. Si ces annonces se confirment, François Hollande aura, en trois ans, privatisé plus d'actifs publics que Nicolas Sarkozy en 5 ans. (entre 9,5 milliards et 14,5 milliards contre 7,9 milliards).

Évidemment, pendant la campagne de 2012, le candidat Hollande n'avait jamais annoncé qu'il procéderait à une telle braderie.

Tout le monde comprend et voit le résultat des privatisations : le cas des autoroutes est bien connu. ESCOTA (groupe Vinci-ASF), l'une des principales sociétés d'autoroutes privatisées en 2005 a diminué le nombre d'emplois et augmenté les tarifs bien au delà de l'inflation, pour pouvoir rémunérer grassement ses actionnaires. Alors que les accords signés lors de la privatisation donnaient soi-disant à l'état la possibilité de limiter les tarifs.

Et pourquoi ? Pour se désendetter, nous explique-t-on. Pour payer la dette, pourtant en grande partie illégitime, l'état se défait de tous ses bijoux de famille. Un paysan victime d'une dette injuste doit-il vendre ses terres et ses outils à ses créanciers ( ce que ceux-ci attendaient avec impatience pour pouvoir cultiver à leur profit) ? Ne doit-il pas plutôt se battre contre l'injustice de cette dette ? La vente de ses moyens de subsistance est en tous cas la dernière des choses à faire.

On assiste donc à un enrichissement du capital privé et un appauvrissement de l'état. La part des recettes de l'état dans le PIB est passée de 22 % au début des années 1980 à 17 % actuellement. Alors que les acheteurs, eux, s'en sortent très bien. Citons encore l'exemple du fonds d'investissement Walter Butler (proche de Villepin, alors premier ministre), à qui l'état a vendu en 2006 38 % de la SNCM, pour moins de 15 millions d'euros. Notons d'ailleurs que Walter Butler, en difficulté, s'était vu renflouer par l'état français à hauteur de 150 millions d'euros. Que croyez-vous qu'il arriva ? Deux ans plus tard, Walter Butler a revendu ses parts à Véolia pour 73 millions d'euros. Pourquoi l'état a-t-il bradé à ce point des actifs qui valaient visiblement beaucoup plus ? Sans compter que c'est aussi un affaiblissement de la souveraineté nationale : La vente d'aéroports, de routes, de réseaux d'électricité, d' entreprises industrielles ou militaires de pointe est évidemment un danger pour le fonctionnement et la sécurité du pays.

D'autre part, dans les conseils d'administration, le chat étant plus faible, les souris dansent : les administrateurs en profitent pour s'octroyer des rémunérations mirobolantes et des parachutes dorés.

Enfin, nombre d'avocats et banquiers d'affaires qui sont employés lors des cessions entre l'état et les acquéreurs en profitent pour se servir généreusement. Et les acteurs de ces transactions naviguent allègrement d'un bord à l'autre :

Emmanuel Macron a exercé ce métier très bien payé entre 2009 et 2012 en tant qu'associé chez Rothschild, avant d'être nommé secrétaire général adjoint de la présidence de la république dès le début du mandat de François Hollande, puis ministre de l'économie en août dernier.

Mathieu Pigasse, lui, a travaillé à Bercy dans les cabinets de Dominique Strauss Kahn puis de Laurent Fabius au moment des privatisations d'Air France, France Telecom ou EADS. Il dirige maintenant la banque d'affaires Lazard. On pourrait citer bien d'autres exemples de mélange des genres.

Le pays est bel et bien aux mains d'une seule classe qui travaille à le dépecer pour ces seuls intérêts. Quand le paysan va-t-il se décider à se révolter ? Il est grand temps.

Idée cadeau ?

Après les abonnements à des journaux, je vous avais promis une autre idée (pour ceux qui tiennent absolument à se prêter au jeu des cadeaux). C'était une boutade, chacun fait bien ce qu'il veut, mais bon, si nous pouvons éviter les produits industriels qui viennent de l'autre bout de la planète les objets inutiles, polluants ou non recyclables, et les jeux abrutissants pour les enfants, cela ne serait pas plus mal. Il ne reste plus grand-chose ? Ah bon ? Mince, il va falloir faire preuve d'imagination.

Colombe88@laposte.net

Colombe

Partager cet article

Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de front-de-gauche-remiremont
  • Le blog de front-de-gauche-remiremont
  • : Le front de gauche en action sur la circonscription de Remiremont
  • Contact

Recherche