Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 19:23

 En introduction je tiens à citer colombe dont l'article ci-après à été censuré dans l'"echo des vosges".

"Bon, eh bien on a le droit de critiquer les politiques mais pas les patrons. Ce qui donne une idée de qui détient le pouvoir dans ce pays. L'article du 30 ne passera pas. Alain Ketterer vient de m'appeler pour me dire que mes attaques contre De Margerie étaient outrancières et qu'il était l'un de ses amis. Je n'ai pas l'impression de m'être attaquée si violemment à l'homme, mais bon. La preuve aussi que les journalistes sont copains avec les patrons.
A +

Colombe"

Voici donc l'abominable article

Adieu not' Monsieur, adieu not' bon maître

La mort de qui que ce soit n'est jamais une bonne nouvelle et à l'annonce d'un décès, on pense avant tout à la perte que représente cette disparition pour la communauté et l'on a donc naturellement tendance à ne retenir que les qualités du défunt. On oublie un peu ses défauts, évidemment aussi par respect pour ses proches.

Cela étant dit et compris, le concert de louanges qui a suivi l'annonce de la mort de Christophe de Margerie, patron de Total, a été quand même très pénible. L'homme était sympathique et jovial, et il avait de belles moustaches. C'est très bien, cela suffit-il à justifier ce déferlement de sympathie posthume ?

De deux choses l'une :

Soit on rend hommage à un copain très convivial avec qui on aime bien dîner, et dans ce cas cela doit rester de l'ordre de l'intime, et cela ne nous regarde pas. Dans le genre, le témoignage de Rachida Dati sur France Inter était flagrant. Nous nous fichons éperdument de savoir que madame Dati avait un rendez-vous au restaurant mardi dernier, et que le rendez-vous avait d'ailleurs été reporté au mercredi, et qu'il était un ami très proche. Ah. Si, cela, finalement c'est intéressant. Quoique, nous savions déjà qu'elle, comme beaucoup de ses collègues en politiques, a beaucoup d'amis très proches dans les affaires. La connivence entre les milieux politiques, financiers et journalistiques est tellement évidente qu'ils ne cherchent même plus à s'en cacher, l'affaire nous l'a bien montré. Mais qui s'en émeut finalement ?

Soit on s'exprime sur l'action du personnage à la tête de Total, ce qui effectivement peut être intéressant. Que l'homme ait été habile, et atypique dans sa façon peu conventionnelle et épicurienne de mener les affaires, certes. Mais insister tant sur cet aspect sans parler du fond des affaires qu'il menait est inadmissible. Il aurait fallu rappeler que le groupe Total a des pratiques souvent douteuses et que Christophe de Margerie a eu des responsabilités dans plusieurs affaires embarrassantes : marée noire après le naufrage de l'Erika, accusation des familles de victimes d'avoir tout fait pour cacher la vérité après l'explosion de l'usine AZF à Toulouse (en 2001), mise en cause dans le cadre des versements occultes dans l'affaire « pétrole contre nourriture » en Irak (entre 1996 et 2003), coopération avec la junte dictatoriale en Birmanie (jusqu 'en 2011) , condamnation pour avoir fait travailler des personnes sans les payer lors de la construction d'un gazoduc. Il aurait fallu rappeler que l'homme était aussi un artisan de l'acceptation de la fracturation hydraulique pour l'exploitation des gaz de schiste en France. Bref difficile de parler de l'homme sans parler du groupe Total qu'il incarnait, et dans ce cas, impossible de ne pas aborder ces sujets qui fâchent. Comme le fait que Total, qui nous dit-on est un des fleurons de la France, n'aura pas payé pas un centime d’impôt sur les sociétés cette année, mais va recevoir du fisc 80 millions d'euros de déductions d’impôt si son activité reste déficitaire en France. Les grands groupes comme Total sont passés maîtres dans l'art de jouer sur leurs filiales dans différents pays pour optimiser suivant les différentes réglementations. Mais bon, « Christophe de Margerie était un grand patriote »...( Cela aussi est très pénible ! )Et « il créait de la richesse »… Non, non, et non. Et a ce propos, bravo à Guillaume Erner sur France Inter, qui a osé rappeler tout ce que je viens d'énumérer et surtout le fait que Total ne crée pas de richesses, mais se contente de pomper du pétrole, source de pollution et de gaz à effet de serre.

 

Alors, évidemment, cela ne se fait pas d'étaler tout cela en plein deuil. Au moins aurait-on pu se taire et ne pas en rajouter dans la flatterie. C'est sans doute ce qui a agacé Gérard Filoche et qui l'a poussé à émettre un bémol : « le successeur nous volera-t-il moins ? Que n'avait-il pas dit là ! « Il n'a plus rien à faire au PS ».

Effectivement, Gérard Filoche est de gauche. Il n'a donc plus rien à faire au PS. Et même le nom de socialiste n'a plus rien à faire dans ce parti. Au moins un point sur lequel nous sommes d'accord avec Manuel Valls.

 

Colombe

Colombe88@laposte.net

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by front-de-gauche-remiremont
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de front-de-gauche-remiremont
  • Le blog de front-de-gauche-remiremont
  • : Le front de gauche en action sur la circonscription de Remiremont
  • Contact

Recherche